Accueil » Actualités » Inquiétudes pour les prisonniers politiques sahraouis

Inquiétudes pour les prisonniers politiques sahraouis

Naâma Asfari, condamné à 30 ans de réclusion, incarcéré à la prison de Al Aajart, Maroc, a été mis à l’isolement le 12 février dernier. Le 18 février nous est parvenu un communiqué de presse annonçant son entrée en grève de la faim illimitée à compter du 27 février, date anniversaire de la création de la RASD.
Depuis le 12 février sa femme Claude Mangin n’a pu avoir aucune nouvelle. La famille Asfari s’est également vue refuser toute visite et informations sur son état de santé.
Rappelons que depuis plus de 18 mois Claude Mangin est interdite d’entrée sur le territoire marocain.
Nous avons appris, ce 9 mars, que 9 prisonniers politiques Sahraouis de Gdeim Izik, dans les prisons de Kenitra et Aït Melloul 2, ont décidé d’entamer une grève de la faim illimitée jusqu’à leur transfert au territoire du Sahara Occidental.

Cette situation nous inquiète fortement, nous craignons pour la santé des prisonniers. Pour mémoire le Comité contre la torture de l’ONU (CAT) a condamné le Maroc pour torture sur Naâma Asfari.

Communiqué de presse de Naâma Asfari : http://www.icsft.net/10487/

« Mieux vaut mourir dans la dignité que vivre sans elle » Naâma Asfari

Laisser un commentaire