Accueil » Actualités » 4ème semaine de grève de la faim pour Claude Mangin-Asfari

Claude Mangin Asfari

4ème semaine de grève de la faim pour Claude Mangin-Asfari

30 jours de grève de la faim


Claude tient le coup mentalement même si elle s’affaiblit au 29ème jour de grève. Le médecin qui vient tous les jours est très attentif à l’évolution de sa situation physique.


Lundi 14 mai 2018 – 27ème jour de grève de la faim


Communiqué – Soutenons Claude Mangin-Asfari dans son combat pour la dignité et la Justice !

Depuis 27 jours, Claude Mangin-Asfari, épouse de Naâma Asfari, est en grève de la faim car elle ne peut bénéficier de son droit fondamental, celui de rendre visite à son mari, un prisonnier politique sahraoui détenu depuis 7 ans dans les geôles marocaines.
Depuis deux ans, le Maroc lui a interdit à 4 reprises l’entrée sur le territoire marocain et l’empêche d’exercer son droit de visite à son Mari. Naâma est en prison depuis novembre 2010 soit plus de 7 ans. Torturé, battu, humilié pendant sa garde à vue en 2010, il avait signé des aveux sous la contrainte.
En décembre 2016, le Maroc a été condamné par le Comité des Nations Unies contre la torture, pour avoir torturé Naâma Asfari et plusieurs de ses compatriotes.
Aujourd’hui, près d’un moins après le début de la grève de la faim de Claude Mangin-Asfari, l’Etat Marocain, reste mutique face au courage de cette femme, qui se bat pour le respect des droits élémentaires. Il n’est pas acceptable qu’il ait fallu à Claude Mangin trois semaine de grève de la faim pour avoir un premier signe de l’Elysée. Nous ne pouvons pas accepter ce silence, de la part de notre gouvernement, censé représenté « le pays des droits de l’Homme ».
L’association des élu.e.s communistes et républicain.e.s du Val-de-Marne soutient le combat de Madame Mangin. Depuis plusieurs semaines de nombreuses et nombreux élu.e.s de notre association sont allé.e.s lui rendre visite et lui témoigner de leur soutien.
Lors de la prochaine séance de questions au gouvernement, le mardi 15 mai, de 15 heures à 16 heures, le député communiste Jean-Paul Lecoq a prévu, d’interpeler le Ministre des Affaires Etrangères.
Le temps du courage doit arriver pour le gouvernement Français, afin d’obtenir enfin des autorités marocaines le respect des droits fondamentaux !

Pour les élu-e-s communistes et républicain-e-s du Val-de-Marne
Romain Marchand
Secrétaire général de l’ADECR 94


Monsieur le Président de la République française,

Nous, Membres du Parlement Européen de quatre groupes parlementaires, manifestons notre demande pour que Monsieur Macron puisse avoir son soutien à Claude Mangin-Asfari en grève de la faim depuis le 18 avril.
Claude Mangin-Asfari, citoyenne française et enseignante dans un collège de la région parisienne, est l’épouse de Naama Asfari, prisonnier politique sahraoui au Maroc.
Le lundi 16 avril 2018, pour la quatrième fois en près de deux ans, Claude Mangin Asfari s’est vu refuser l’accès au territoire marocain, sans motif exprimé. Ce refus équivaut à une interdiction de visite à son mari, soit une atteinte grave à son droit élémentaire à une vie privée et familiale, ce qui est contraire au droit humanitaire international.
Claude a décidé d’entamer une grève de la faim le 18 de Avril pour obtenir la restauration de son droit de visite à son mari Naama actuellement détenu à la prison de Kenitra au Maroc.
Avant octobre 2016, Claude Mangin Asfari avait pu rendre régulièrement visite à Naama incarcéré au Maroc depuis novembre 2010. Le premier refus de visite, en octobre 2016, est intervenu à un moment bien particulier, celui où le Comité contre la Torture de l’ONU (CAT) examinait favorablement la plainte de Naama Asfari pour torture.
L’avis définitif du CAT, rendu le 12 décembre 2016, a reconnu concernant Naama la violation par l’État marocain de plusieurs articles de la Convention contre la Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le CAT a invité expressément le Royaume du Maroc « à s’abstenir de tout acte de pression, d’intimidation ou de représailles susceptibles de nuire à l’intégrité physique et morale du plaignant et de sa famille ». Nous considérons que ces interdictions de séjour constituent des représailles, à l’encontre de Naama et de son épouse, qui violent les recommandations du CAT.

Nous vous appelons ainsi que le gouvernement français à mettre tout en œuvre pour que les autorités marocaines respectent le droit humanitaire international et permettent à Claude Mangin-Asfari de pouvoir rendre visite à son mari Naama Asfari.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer l’expression de nos salutations.

Ana Miranda-MEP Groupe Verts-ALE
Izaskun Bilbao Barandica-MEP ALDE
Bart Staes-MEP Verts-ALE
Theodoros Vasiloupoulos-MEP GUE-NGL
Ivo Vajgl-MEP ALDE
María Teresa Giménez Barbat-MEP ALDE
Ana Gomes-MEP S&D

Mardi 15 mai 2018 – 28ème jour de grève de la faim


15 mai 2018 – 2ème séance : Questions au Gouvernement

Grève de la faim de Mme Claude Mangin Asfari pour le peuple Sahraoui
M. Jean-Paul Lecoq
M. Jean-Yves Le Drian, ministre


Correspondance adressée à l’AARASD par une eurodéputée française , ce 15 mai 2018

« Vous avez peut-être déjà écouté le président du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) marocain lors de son audition devant la Sous-Commission des Droits de l’Homme ce matin mais permettez-moi de revenir sur les points importants.
Des députés européens ont bien soulevé la situation très préoccupante de Mme Claude Mangin-Asfari; sa grève de la faim, le refus des autorités marocaines de la laisser entrer sur le territoire ainsi que les conditions de détention de Naâma Asfari. À cela, Mr El-Yazami a répondu qu’une lettre avait été envoyée au gouvernement marocain. En effet, le gouvernement marocain doit respecter ses propres lois autorisant Mme Claude Mangin-Asfari à rendre visite à son mari en prison, qu’importe ses opinions. De plus, une lettre de cette Sous-Commission parlementaire devrait être envoyée aux autorités marocaines pour évoquer plusieurs situations personnelles, donc celle de Mme Claude Mangin-Asfari. »

Christine Revault d’Allonnes Bonnefoy,
Députée Européenne Circonscription Ile-de-France et Français de l’étranger
Présidente de la Délégation socialiste française

Mercredi 16 mai 2018 – 29ème jour de grève de la faim


 « Je me sens affaiblie, j’ai froid, mon rythme cardiaque a beaucoup baissé et mon taux de sucre aussi », résume-t-elle après la visite quotidienne du médecin. La grève de la faim est le seul moyen qu’a trouvé l’enseignante de 62 ans pour revoir son mari, incarcéré au Maroc pour son militantisme en faveur de l’autodétermination du Sahara occidental. Après plus de trois semaines de jeûne, Claude Mangin-Asfari a perdu 10 % de son poids, elle entre dans la troisième phase où « le corps va chercher le sucre dans les muscles », dont le cœur … – propos recueillis par Quentin Bleuzen pour Politis

Jeudi 17 mai 2018 – 30ème jour de grève de la faim


Conférence de Presse jeudi 17 mai 2018 à 11h à la Mairie d’Ivry-sur-Seine.

Point d’actualité et suites de l’action.

Nous vous invitons à une troisième conférence de presse en présence de :

Romain Marchand, premier adjoint au Maire d’Ivry-sur-Seine,
Dr Marianne Petit, médecin
Christiane Perregaux, Comité suisse de soutien au peuple sahraoui et Bureau international pour le respect des droits de l’homme au Sahara occidental
Monseigneur Rault, évêque émérite du Sahara
Régine Villemont, présidente de l’AARASD, responsable du Comité de soutien


Mobilisez vous et signez la Pétition Change.org : Signez, partagez



#DroitDeVisite


Revenir sur les jours passés

Cliquez Ici – 10 premiers jours de Grève

Cliquez Ici – 20 Jours suivants

Cliquez Ici – 30 Jours suivants

Ils soutiennent Claude – Cliquez Ici
La Presse – Les Médias en parlent – Cliquez Ici

Mise à jour : 17 mai 2018

One comment

  1. Arlette LANGER says:

    Samedi 05 mai 2018, le Comité « Femmes Solidaires 72 » représenté par sa présidente Maryline Latour et moi même Arlette Langer,sa secrétaire avons rendu visite à Claude Mangin , nous avons pu échanger et faire une marche dans Ivry avec Claude, c’est une personne qui a besoin de voire son mari,
    c’est une femme animée d’un immense courage qui met chaque jour sa vie en danger.
    Comment peut-on ne pas l’autoriser à cette rencontre subitement refusée par les autorités marocaines.
    Il ne s’agit pas d’une terroriste, elle ne fait courir aucun danger au Maroc elle n’a pour arme que son merveilleux sourire, son amour pour
    son mari.
    Que de cruauté gratuite, il suffit d’un mot du Maroc pour une grosse poignée de bonheur , Claude ne demande rien en contre partie seulement
    « RENCONTRER SON MARI ».
    C’est avec beaucoup de peine que nous avons laissé Claude Mangin dans son petit appartement de la mairie d’Yvry où les visites affluent pour aider Claude à survivre.
    Nous sommes rentrées au Mans envahies par la tristesse mais décidées à aider Claude et son mari à se retrouver.
    Arlette, et, Maryline du comité 72 de l’association « FEMMES SOLIDAIRES ».

Laisser un commentaire